COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
MISE A JOUR DU SITE



"De nouvelles routes bien tracées, pour aller toujours plus loin nulle part." - Emile Ajar
 
DERNIERE MISE A JOUR

DU SITE


LE : 09/05/2016
 



09 mai 2016 - LA DEPUTEE LINDA GOURJADE ECRIT A LA PRESIDENTE DE REGION

Dans un courrier du 7 mai, la Députée soutient les élus locaux* qui demandent une étude sur l'aménagement public de la RN126.


La Députée demande à la Présidente de Région, Mme Carole Delga, 'une étude comparative, financière et socio-économique de l'aménagement de l'existant adapté aux besoins des usagers, avec le projet d'autoroute concédée à péage afin que les résultats soient disponibles avant le début de l'enquête publique prévue fin 2016'.

Elle précise encore que 'cette démarche s'inscrirait dans la volonté affirmée de la Présidente de Région, de considérer les alternatives possibles à la réalisation de grands projets dans notre région'.

Ce soutien de la députée, comme celui de la demande citoyenne que le PACT a lancée depuis quelques jours via sa pétition, vient renforcer cette démarche qui avait été initiée récemment par les élus locaux. Geste fort : les municipalités* et les collectivités* ont la plupart du temps accompagné leur demande légitime par un cofinancement de cette étude.


* Les collectivités ont délibéré et adressé par courrier destiné à C. Delga : Conseil départemental 31, Communauté de communes Coteaux du Girou, Communauté de communes Cœur Lauragais, Appelle, Bannières, Blan, Bon Repos Riquet, Bourg St Bernard, Francarville, Lacroisille, Le Faget, Loubens, Montcabrier, St Pierre, Saussens, Teulat, Vendine, Verfeil.

Des associations se sont également adressées à C. Delga : La Coulée Verte, La Fontaine, Les Vallons.

Ainsi que des partis politiques : EELV, PG.



06/05/2016 - PETITION DU PACT POUR DIRE OUI A UNE ETUDE SUR LES ALTERNATIVES A L'AUTOROUTE

POUR QUE LA REGION FINANCE UNE ETUDE SUR LES ALTERNATIVES A L'AUTOROUTE

SOYEZ NOMBREUX A SIGNER LA PETITION DU PACT


Lien : https://www.change.org/p/la-pr%C3%A9sidente-de-r%C3%A9gion-languedoc-roussillon-midi-pyr%C3%A9n%C3%A9es-mme-delga-pour-une-%C3%A9tude-sur-les-alternatives-%C3%A0-l-autoroute-castres-toulouse?recruiter=241308451&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

 
Adressée à la Présidente de Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, Mme Delga : Pour une étude sur les alternatives à l'autoroute Castres-Toulouse

POUR PLUS D’ÉQUITÉ ET LE MAINTIEN D’UN RÉSEAU ROUTIER PUBLIC DE QUALITÉ : USAGERS DE LA ROUTE, VOUS ÊTES TOUS CONCERNÉS !

ALORS, DITES OUI A UNE ÉTUDE POUR LES ALTERNATIVES AU PROJET AUTOROUTIER CASTRES TOULOUSE.
 

Interpellez la Présidente de Région LRMP et demandez-lui de faire réaliser avant l’enquête publique fin 2016, des études sur les alternatives au projet autoroutier Castres Toulouse, études que les services de l’État ont toujours refusées de faire.
 
Signez la pétition

Faites une promesse de dons (même symbolique) (*)
 
 
Lors de sa conférence de presse du 21 décembre 2015, Mme Carole DELGA, Présidente de la nouvelle Région LRMP, a défendu « la volonté de construire un nouveau rapport avec nos concitoyen-ne-s » en favorisant « … notamment la consultation préalable sur les grands dossiers … » avec « La mise en débat contradictoire d'alternatives aux grands projets d'aménagement du territoire basées sur des évaluations transparentes et indépendantes ».

Le bon sens, voire l’obligation morale vis-à-vis des usagers de la RN126 et des habitants du bassin Castres - Mazamet et des territoires traversés, veut que la solution « autoroute privée à péage » fasse l’objet d’une étude comparative à la « solution alternative publique » que constitue l’aménagement de l’existant parce que :
  • l’intérêt économique de cette autoroute à péage est plus qu’incertain,
  • l’impact sur l’environnement, le cadre de vie, l’agriculture, le trafic local, est avéré,
  • plus de la moitié du financement se fait sur fonds publics (subvention d’équilibre et rétrocessions des déviations existantes),
Le « Nouveau contrat démocratique » de Mme Delga offre enfin la possibilité de réaliser des études via le service évaluation / prospective du conseil régional.

En signant cette pétition, vous manifestez votre volonté de construire vous aussi un nouveau rapport avec vos élus.
En faisant une promesse de don (*), vous montrez votre détermination à participer à un acte démocratique fort.
 
SIGNEZ ET PARTICIPEZ !

(*) Promesse de dons à indiquer dans la zone « Je signe parce que … »


23 mars 2016 - Dossier d'enquête publique - Consultation des mairies pour avis


EN VUE DE L'ENQUETE PUBLIQUE PREVUE FIN 2016,
la Préfecture Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
organise
une consultation auprès des communes concernées
par le projet autoroutier Castres - Toulouse.


Les mairies ont reçu du Préfet de région un courrier en date du 25/02/2016 et un DVD comportant :

• des atlas cartographiques ;
• un guide lecture ;
• des informations juridiques ;
• un plan de situation ;
• une notice explicative ;
• des études d'impacts ...
 
Il est demandé aux municipalités de donner leur avis sur ce dossier avant le 06 mai prochain.
 
Vos représentants ne peuvent se positionner seuls quand il s'agit d'un projet qui impacterait si lourdement votre commune et notre région.

Si, comme nous, vous estimez qu’une consultation publique s’impose, n’hésitez pas à demander à vos représentants la tenue d’une réunion publique afin que les populations qui seront impactées, soient informées du contenu du projet de dossier et qu’après présentation du dossier (impacts du tracé, chiffres du trafic, coût estimé, réseau routier secondaire à prévoir, etc.), vos avis ou réserves puissent être entendus et suivis.
 


POUR L’EXERCICE D’UNE VRAIE DEMOCRATIE


15 communes contre le projet autoroutier

+1 !!!   15 communes contre le projet autoroutier

 

La commune de Maurens Scopont (Tarn) s'est prononcée contre le projet autoroutier le 30 octobre 2014,  portant à 15 le nombre de communes du Tarn et de la Haute-Garonne opposées au projet autoroutier.

Depuis le 1er novembre 2014, la carte
ci-dessous des communes opposées au projet a donc un peu plus jauni.


    
       Cliquer sur la carte   pour pouvoir zoomer.





ELECTIONS DEPARTEMENTALES 2015 : la position des CANDIDATS

ELECTIONS DEPARTEMENTALES 2015

LA POSITION DES CANDIDATS
sur
l'AUTOROUTE
CASTRES – TOULOUSE



Le 07 mars, le collectif de 14 communes opposées au projet autoroutier Castres - Toulouse a adressé aux candidats des élections "Départementales 2015" des cantons du TARN et de la HAUTE-GARONNE, directement concernés par le projet autoroutier, un questionnaire en 4 points pour faire largement connaître leur position et leurs propositions sur la problématique de cette infrastructure.
Vous trouverez ci-après les positions sur l'autoroute des candidats qui ont répondu au questionnaire et qui sont présents au second tour sur les cantons de Lavaur-Cocagne (81), Le Pastel (81), de Pechbonnieu (31) et de Revel (31).

De plus, depuis la réception de la réponse du binome Eliane Picouet et Julien Soubiran sur le canton de Lavaur-Cocagne (81), un message de leur part nous est parvenu, indiquant très clairement leur opposition à l'autoroute. Vous le trouverez ici.

SYNTHESE de la POSITION des CANDIDATS

 Les réponses des candidats qui sont CONTRE l'autoroute : 
  • Les positions de ces candidats convergent toutes vers les mêmes constats : l’autoroute concédée est un projet dispendieux qui n’est pas une solution crédible, sérieuse pour répondre aux besoins de déplacement entre Castres et Toulouse, et qui présente un bilan socio-économique négatif. Il pénalisera également les déplacements locaux, sera un recul pour la sécurité des populations locales du fait de la rétrocession des déviations.
  • Ils considèrent que seul un aménagement de la RN126 adapté aux besoins de fluidifier la sortie de Castres (entre Castres et Soual) et d’améliorer le confort et la sécurité des usagers sur le reste de l’itinéraire de la RN126, est une réponse sérieuse et viable en terme de coût et de délais de réalisation.
  • Tous ces candidats demandent une étude de ces aménagements en alternative à l’autoroute.
  • Les tenants et les aboutissants du dossier autoroutier sont bien maîtrisés.

  • Canton LAVAUR-COCAGNE (81) : Eliane Picouet et Julien Soubiran
  • Canton REVEL (31) : Gilbert Hébrard et Marie-Claude Piquemal-Doumeng
  • Canton PECHBONNIEU (31) : Didier Cujives et Sabine Geil-Gomez

!! Les réponses détaillées
ici
!! La carte des cantons ici avec l'autoroute
 
 Les réponses des candidats qui sont POUR l'autoroute : 
  • Les candidats disent oui à l’autoroute, parce qu’ils considèrent que c’est l’unique solution pour désenclaver Castres et assurer le développement économique, parce que l’Etat a décidé le projet et qu’il faut donc désormais le prendre en compte. Ils acceptent le principe du péage et la rétrocession des déviations considérant que c’est le prix à payer. Ils s’interrogent sur les itinéraires de substitution.
  • Les réponses de ces candidats sont sans ambiguïté en faveur du projet et montrent un manque d’analyse et une méconnaissance du dossier autoroutier. Les réponses ne sont pas argumentées et en dehors du champ des questions. On peut rappeler que l’Etat n’a toujours pas décidé l’autoroute concédée, l’enquête publique n’a pas encore eu lieu. A l’évidence, les dérives sur les coûts et les délais de réalisation de l’autoroute, le fossé entre les travers de l’ouvrage (coût prohibitif, péage, impacts sur les terres agricoles, les déplacements locaux et le cadre de vie) et le faible service rendu aux populations n’interpellent pas ces candidats.
     
  • Les tenants et les aboutissants du dossier autoroutier NE SONT PAS maîtrisés.

  • Canton LAVAUR-COCAGNE (81) : Emilie Ausaguel et Joseph Dalla Riva
  • Canton Le Pastel (81) : Jean-Luc Alibert et Anne Laperrouze

!! Les réponses détaillées
ici
!! La carte des cantons ici avec l'autoroute
 


26 septembre 2014 - Collectif des maires contre le projet autoroutier Castres - Toulouse

Collectif des maires, le 26/09/2014


LETTRE OUVERTE au PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL
suite à l'entretien du 10 septembre 2014

Monsieur le Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées,

Suite au rendez-vous avec notre représentation des maires le 10 Septembre 2014, veuillez trouver ci-joint notre courrier.
Celui-ci reprend les éléments du dossier évoqués et discutés lors de nos échanges.

Nous comptons sur vous afin de relayer nos demandes lors du prochain comité de pilotage, ainsi que notre mécontentement croissant.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les plus respectueux.

Sabine MOUSSON,
Maire de TEULAT

...  
Cliquer ici pour lire la lettre ouverte


Réaction du groupe Europe Ecologie Les Verts du conseil régional Midi-Pyrénées :
... 
cliquer ici pour lire son courrier au président Malvy


1er août 2014 - La bande DUP

Quel tracé retenu ? AUCUN !

   Seule la bande DUP compte !   


 
Contrairement aux apparences des présentations de la DREAL tenues en juin vers les élus, le sujet majeur n'est pas le tracé de référence, mais la bande DUP (déclaration d'utilité publique) :

il s'agit d'un fuseau de 300 m dans lequel le concessionnaire place le tracé qui lui convient le mieux, sans rien demander à personne !

C'est en effet la bande DUP qui serait soumise à l'enquête publique si elle avait lieu (et non pas un tracé), puis mise à l'entière disposition du concessionnaire par la DUP qui pourrait suivre.
 
Autant porter toute votre attention sur la bande DUP,
et oublier le tracé présenté !

 (comme par exemple à Maurens-Scopont)



Cliquer sur l'image pour visualiser la bande DUP envisagée par la DREAL en juin, et que le préfet de région devrait décider avec d'éventuels légers aménagements.


31 juillet 2014 - Collectif des maires contre le projet autoroutier Castres - Toulouse


Collectif des maires, le 31/07/2014



LETTRE OUVERTE AU PRÉFET DE RÉGION
suite à l'entretien du 28 juillet2014


Suite à notre demande d’entretien de juin dernier concernant le projet autoroutier Castres - Toulouse, vous avez bien voulu recevoir le collectif des maires contre ce projet, le 28 juillet 2014, en présence de Mme la préfète du Tarn, et trois représentants de la DREAL, et nous vous en remercions vivement.

Vous trouverez ci-après, les réactions et éléments principaux échangés entre les participants, et un rappel de nos demandes exprimées lors de cet entretien.

...  
Cliquer ici pour lire la lettre ouverte


19 juillet 2014 - Collectif des maires contre le projet autoroutier Castres - Toulouse


Communiqué de presse du collectif des maires, du 19/07/2014



ENTRETIEN AVEC LE PRÉFET DE RÉGION MIDI-PYRÉNÉES
ET RÉACTION DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL



Après avoir rencontré les présidents Carcenac et Izard des conseils généraux du Tarn et de la Haute-Garonne les 7 et 8 juillet (voir communiqué de presse du 12 juillet ci-joint), c’est au tour du nouveau préfet de région Midi-Pyrénées de recevoir prochainement le collectif des maires de 14 communes concernées par le projet autoroutier. Cet entretien a été demandé pour aborder avec le préfet le paquet « tracé de référence, échangeurs et itinéraire de substitution » sous son vrai jour, c'est-à-dire avec toutes les futures conséquences avérées sur le quotidien des communes traversées et des usagers de la RN126, ce que la DREAL masque dans la présentation de son projet.

Quant au président de région Malvy, il écrivait au collectif des maires le 07 juillet quelle avait été la position de la Région exprimée dès le comité de pilotage du 24 juin : que « prenant acte des préoccupations légitimes, […] les réserves ou demandes d’aménagements complémentaires exprimées sur le tracé soient examinées avec la plus grande attention, et que des solutions alternatives puissent éventuellement être étudiées. ».

La future décision du prochain comité de pilotage qui sera prise par les présidents des collectivités et le préfet de région sur le paquet « tracé de référence, échangeurs et itinéraire de substitution » ne peut pas et ne doit pas ignorer les conséquences sociales, économiques et environnementales du projet autoroutier. Les ignorer, ce serait déclencher une déclaration de guerre avec les communes et les habitants, les exploitants agricoles, les entreprises, les usagers de la RN126.


Contact presse : Sabine MOUSSON, maire de Teulat


12 juillet 2014 - Collectif des maires contre le projet autoroutier Castres - Toulouse


Communiqué de presse du collectif des maires du 12/07/2014



RENDEZ-VOUS AVEC LES CONSEILS GENERAUX
DU TARN ET DE LA HAUTE-GARONNE


Le 07 juillet dernier, nous étions 10 représentants du collectif des maires des 14 communes Haute-Garonne et Tarn, rejetant le projet autoroutier envisagé à ce stade de la fin de la concertation, à rencontrer le président Carcenac du conseil général du Tarn. Le lendemain, c’était au tour du président Izard du conseil général de la Haute-Garonne de nous recevoir.

Au président Carcenac, nous avons clairement demandé en introduction et en conclusion de l’entretien d’une heure que le conseil général du Tarn refuse fermement la solution de " tracé + échangeurs + itinéraire de substitution " de la DREAL, soumise au comité de pilotage pour validation cet été par le préfet de région. Nous avons dépeint ce que serait l'avenir du Sud Tarn avec ce projet, avenir complètement dégradé avec un retour en arrière de 15-20 ans : d'une part pour 70% des usagers de la RN126 (2 sur 3 en moyenne ne prendront pas l'autoroute, et 3 sur 4 entre Puylaurens et Verfeil) qui perdront alors au moins 15 mn par rapport à aujourd'hui, et d'autre part pour les centres de Soual et Puylaurens qui accueilleront à nouveau ces 70% du trafic. Intenable, inacceptable pour les usagers et les bourgs ! Le prix du péage de 15 € A/R rend inaccessible cette infrastructure pour la majorité des Sud Tarnais et des usagers de la RN126, et le gain de temps de 5 mn entre Soual et Verfeil ne justifie pas un tel investissement, soit sur 3/4 de l'itinéraire. D'autant que la future région, après avoir financé la subvention d'équilibre, devra d'urgence financer de nouvelles déviations de Soual et Puylaurens, et les financer seule cette fois-ci.

Sabine Mousson, maire de Teulat à l’initiative de la démarche des 14 maires, commente l’entretien : « Notre demande parfaitement argumentée n'a suscité aucun contre-argumentaire. Mr. Carcenac n’a pu que reconnaître la forte dégradation à terme des conditions de déplacement et l‘iniquité sociale que présentait l’autoroute, d’autant qu’une très grande part du budget du conseil général du Tarn (52 M€ en augmentation de 13 % par an) est consacrée au RSA. Alors dépenser 180 M€ d’argent public aujourd’hui dans une autoroute pour 30% du trafic, et demain 100 M€ pour deux nouvelles déviations pour 70% du trafic, ça interpelle profondément quand les déviations existent déjà ! Nos communes refusent d'être sacrifiées pour un tel intérêt collectif en forte régression. Nous demandons aux services de l’État de puiser dans leurs compétences et leur sens du service public pour trouver un autre projet d'intérêt vraiment collectif cette fois-ci.».
 
De son coté, lors de l’entretien de la délégation des représentants des 14 communes, Mr Izard a renouvelé son opposition au projet autoroutier, et apporté son soutien indéfectible à la démarche des maires. Le conseil général de la Haute-Garonne refusera le paquet « tracé de référence + échangeurs + itinéraire de substitution » véritable désintérêt collectif, et inacceptable. La déviation de Verfeil continuera de profiter à 75% du trafic, n'en déplaise au député Folliot et au maire de Castres Bugis, les égoïstes qui revendiquent que 25% du trafic sur l'autoroute se servent sur le dos des 75% autres.

Un des représentants de la délégation résume : « Mr. Carcenac a bien entendu et compris ce que les maires attendaient : le projet autoroutier ne se réduit pas à la subvention d'équilibre, et aux besoins de quelques entreprises au détriment de tous (usagers, bourgs, communes, exploitants agricoles, …). Il est l'élu en charge de l'intérêt collectif du Tarn, qu'il prenne ses responsabilités au prochain comité de pilotage en refusant le paquet " tracé + échangeurs + itinéraire de substitution ". ». Même si le conseil général du Tarn a pu voter le projet (sans information ni débat pour et contre), il ne peut pas valider la proposition inacceptable du préfet sauf à ce que ce soit une déclaration de guerre avec les communes et les habitants, les exploitants agricoles, les entreprises, les usagers de la RN126.

Nous, les 14 communes, sommes impatients désormais d’être reçues par le président Malvy du conseil régional et M. Mailhos le nouveau préfet de région. La concertation n'a été que de pure forme (administrative), et les territoires concernés méritent une autre approche que le moindre coût, néanmoins horriblement cher une fois ramené à la poignée de bénéficiaires.





RASSEMBLEMENT du 03/07/2014 : Déviation de Puylaurens

Le 03 juillet 2014, déviation de Puylaurens :
14 maires des communes en colère refusent le tracé de référence et le projet autoroutier.

 
Communiqué de presse du collectif des maires du 03/07/2014

Les municipalités ont changé et nous sommes 14 à refuser le tracé, et au-delà, le projet autoroutier. Au sein du comité de pilotage, les collectivités territoriales représentent les communes et doivent donc refuser fermement le tracé à moindre coût, d’où nos demandes d’entretien. Le rendez-vous avec le préfet et le conseil régional sont toujours attendus.

De Maurens-Scopont à Verfeil, le tracé est le pire pour les communes traversées. Or nous pensons qu’un projet dit d'intérêt collectif ne doit pas bénéficier qu’à quelques uns, en sacrifiant le plus grand nombre. Le critère du moindre coût du projet ne peut pas être le seul critère de décision.
  • Soit l’autoroute est jugée nécessaire au bénéfice de quelques uns, et elle doit être alors définie selon le moindre impact pour ceux qui vont la subir, quels que soient les surcoûts engendrés.
  • Soit les moyens financiers ne le permettent pas, et elle doit être abandonnée au profit d’un autre projet plus acceptable par les territoires concernés.

Ce projet ne servira qu’à une poignée des 3300 véhicules par jour effectuant Castres Toulouse ; la réalisation de l’autoroute concédée n’est pas plus rapide que l’aménagement de la route et présente en plus un déficit sociétal majeur. L’argument fort pour la concession était sa réalisation beaucoup plus rapide, mais un nombre d’événements d’ici 2022 rendent encore plus improbable sa réalisation (contexte économique, élections, réforme territoriale). 

De plus, pour l’élargissement de l’A680, les nouvelles recettes prévues pour le financement par ASF seront prises au péage de L'Union, c'est-à-dire sur tous les usagers de l’A68 Albi-Toulouse, y compris ceux d’Albi non concernés par l’A680 Verfeil–A68.

Nous le répétons : si l’autoroute est d’intérêt collectif, elle doit être définie selon le moindre impact pour ceux qui vont la subir, quels que soient les surcoûts engendrés. Si seul le critère de moindre coût reste le seul retenu, la 2x2 voies n’est pas d’intérêt collectif et doit être abandonnée, et les aménagements de la RN126 à retenir.
Suffisants, moins coûteux, plus efficaces, ils servent le plus grand intérêt collectif.

Pour nos terres agricoles fertiles.
Pour la vallée du Girou et pour le plus grand intérêt collectif.

 
Pour les 14 maires, Sabine MOUSSON,
Maire de TEULAT
 
 
----------------------------
Les soutiens :

  • Linda Gourjade, députée du Tarn
  • Le groupe Europe Ecologie du conseil régional Midi-Pyrénées
  • Le groupe Front de Gauche du conseil régional Midi-Pyrénées
  • Le conseil général de la Haute-Garonne
  • Jacques Pagès, conseiller général du Tarn
  • La Confédération Paysanne de la Haute-Garonne
  • La Confédération Paysanne du Tarn
  • La FDSEA de la Haute-Garonne
  • Les retraités CGT de l’union locale de Castres
  • Le Parti Ouvrier Indépendant du Lauragais
  • EELV Tarn 
  • Les Alternatifs Tarn
  • Le Parti de Gauche Tarn
  • Le collectif Lauragais Sans Autoroute
  • Le collectif RN126
  • Des entreprises locales
  • Des habitants des communes concernées
  • Des usagers de la RN126


80-100 personnes étaient sur le lieu, un jour de semaine à un horaire délicat pour les actifs, ...
... et contrairement aux événements des pro-autoroute, sans affréter de cars où, pour les remplir, il faut vider les maisons de retraite ou offrir des places pour matches de rugby ou de foot.

Une opposition d'élus dans laquelle se reconnait notre motivation citoyenne depuis 2007.
Merci à tous d'avoir été là, élus, soutiens, et citoyens, et continuons de nous opposer, solidaires, complémentaires et déterminés.

L'autoroute est le pire des choix pour aider le sud Tarn.
Pour les collectivités, les entreprises, les commerces, les usagers de la RN126,
et pour les exploitants agricoles, les territoires concernés, l'environnement.






Actualité du 19 juin 2014 : 13 maires contre le projet présenté

13 maires de communes concernées disent NON au projet autoroutier Castres - Toulouse !


Nous écrivions dans notre dernier communiqué de presse (06 mai 2014)

« Dans les slogans de responsables de l’Etat, nous sommes affirmés
être les seuls à nous opposer au projet au profit d’alternatives. »
Et bien non !


Dans le Tarn et la Haute-Garonne
, représentant plus du tiers de l'itinéraire de la mise en concession, 13 maires refusent le projet en cours d'étude env
isagé par le préfet de région qui veut en définir le tracé.

Ils demandent à être reçus au plus vite par le préfet et chacune des 3 collectivités qui devront le financer en grande partie : les conseils régional, général de la Haute-Garonne et celui du Tarn.

Après les élections municipales, le préfet ignore ainsi l'opposition avérée des populations, alors que les municipalités opposées au projet ont été reconduites, et que celles plus neutres ont souvent été remplacées par des municipalités s'opposant au projet. Elles ne sont pas à nouveau consultées, et pire, le projet est défini uniquement selon le moindre coût, ce qui correspond au pire impact pour les communes traversées.

En somme, un projet mené à la hussarde,
sans jamais étudier la solution alternative qui tombe sous le sens, l'aménagement de la RN126 (y compris pour le conseil général de la Haute-Garonne, Linda Gourjade députée de la seule circonscription tarnaise concernée par l’autoroute, ou  la commission Mobilité 21, ...), ni s'obliger au moindre impact pour les communes traversées, ni servir les réels besoins des usagers essentiellement locaux.

L'enquête publique dans ces conditions ? Nous serions de plus en plus nombreux à l'attendre avec impatience !

 Ces maires le disent collectivement :
"Ce gros projet est une dégradation collective".



Communiqué de presse du 05/05/14


 

 ENTRETIEN avec Patrick VIEU conseiller du président de la République.

Chimère et leurres, l'Etat ne veut surtout pas savoir
"



A l’occasion de la venue du président de la République à Carmaux le 23 avril dernier, FNE Midi Pyrénées et le collectif RN126 ont été reçus par Patrick Vieu, conseiller « Environnement et territoire » au cabinet présidentiel pour aborder la question du projet autoroutier Castres Toulouse. Les représentants associatifs sont sortis scandalisés par les idées reçues et « l’autisme » du représentant de l’Etat sur les réels besoins en mobilité du territoire.

« Un dialogue de sourds empreint de mauvaise foi et d’un manque de réalisme »

Au cours d’une heure d’échange direct avec le conseiller, toutes les incohérences argumentées et dénoncées depuis 7 ans sur l’autoroute à péage ont été abordées. Frédéric Manon porte-parole du collectif RN126 résume ainsi la position du conseiller « Nous sommes dans un dialogue de sourds empreint de mauvaise foi, et d’un manque de réalisme. Le conseiller P. Vieu se fie aveuglément aux leurres économiques d’une autoroute très contestable sur le fond, la forme et l'utilité, sans accorder le moindre intérêt aux alternatives pour répondre, rapidement, à moindre frais et à moindres impacts, aux réels besoins des usagers de la RN126 et des castrais qui attendent en priorité que l’on traite la sortie de Castres au plus vite et non pas dans 10 ans.».

Dans les slogans de responsables de l’Etat, nous sommes affirmés être les seuls à nous opposer au projet au profit d’alternatives. C’est mensonger, c’est refuser d’entendre la voix de chefs d’entreprises qui partagent notre position, c’est refuser de prendre en considération la position de Linda Gourjade, députée de la seule circonscription tarnaise concernée par l’autoroute.

Le plus haut niveau de l’Etat ignore délibérément les faiblesses du dossier

Ce représentant parisien de l’Etat n’a manifestement pas voulu connaître du dossier, les inconvénients et incohérences. Il n’est pas acceptable que le plus haut niveau de l’Etat ignore délibérément les faiblesses du dossier : les délais et coûts non maîtrisés, l’absence de réalisme des besoins et des trafics, rappelons que seuls 3300 véhicules feraient quotidiennement le trajet de bout en bout, la dégradation prévisible des conditions de circulation pour la grande majorité des usagers de la RN126 qui sera renvoyée sur un itinéraire de substitution qui lui fera perdre confort, sécurité et 15 mn, ….

Décider, c'est bien, mais sans savoir de quoi on parle et sans savoir réfuter de manière justifiée et approfondie les contre-arguments, c'est condamnable et scandaleux. Même le fiasco incontestable de Langon - Pau n‘ébranle pas le conseiller. Marie Laure Cambus de FNE Midi-Pyrénées confirme : « Le parallèle entre l’autoroute Castres-Toulouse et l’A65 Langon-Pau est avéré et on ne peut que s’en alarmer. L’absence de trafic et les tarifs dissuasifs du péage sur l’A65 conduise Aliénor, le concessionnaire, vers la faillite (35 M€ de déficit par an). M. Saintillan représentant du ministère a déclaré dernièrement que « si la faillite se produisait, l’Etat n’interviendrait pas financièrement ». Le problème restera donc entier pour les collectivités contraintes de racheter l’ouvrage au prix fort.».

L’attente des castrais, ce n’est pas l’autoroute

Nos enquêtes de terrain sur près de 4000 usagers de la RN126, de chefs d’entreprises, d’élus, le prouvent : l’attente des castrais est forte pour un traitement en priorité et à court terme de la seule section Castres – Soual, unique réelle difficulté de l’itinéraire. Prétendre encore que l’autoroute sera en service en 2022, c’est oublier bien vite qu’en 2012 l’Etat la promettait encore pour 2015, et que d’ici 2022, le chemin est balisé de périodes électorales et de changements. Ignorer où se situe l’intérêt collectif, les réelles préoccupations du citoyen, et la nécessité d’investir au plus juste dans la plus grande équité sociale sans se baser sur des idées reçues, c’est se déconnecter des réalités.

Ce projet est une chimère et LES DECIDEURS LE SAVENT ! L’entretien avec le conseiller présidentiel P. Vieu est plus qu’inquiétant sur la prise de conscience des situations locales au niveau de l’Etat, et les décisions prises par les parisiens se font au mépris des attentes des usagers locaux.
 

Télécharger le communiqué : cliquer ici

 




L'essentiel du collectif RN126 ...

L'essentiel du collectif RN126
Toutes les informations qu'une certaine presse locale veut ignorer !

Commission Mobilité 21 (janvier 2013)
  • Dossier de réponses au questionnaire de la commission sur l'autoroute dans le cadre de la révision du SNIT → lien

SNIT : Evaluation multicritères par l'Etat et le collectif RN126

  • Evaluation multicritères de l'autoroute : ou comment nous faire prendre des vessies pour des lanternes →  lien

Coûts et équilibre financier
  • Synthèse sur l'analyse des coûts :  lien
  • "Non" équilibre financier du projet autoroutier : ou comment demain les collectivités devront débourser 200 M€ →  lien

Sécurité et trafics sur la RN126
  • Sécurité routière : la RN126, une route pas plus dangereuse que les autres et 4 x moins que la RD112 (Castres - Lavaur) →  lien
  • Trafics en 2025 : surprenant, une 2x2 voies partielle et gratuite serait plus performante qu'une autoroute →  lien

Solutions alternatives
  • TER routier : un manque à combler en urgence  lien     (TER = Transport Express Régional)
  • Solutions d'aménagement de la route : ou comment faire mieux et moins cher qu'une autoroute. →  (en cours de rédaction)

Les demandes d'étude du collectif pendant le débat
  • Demande d'étude : →  lien
  • Cahier des charges :   lien

Les cahiers d'acteurs du collectif

Enfin, ces documents ne sont qu'une partie des écrits et analyses que nous avons menés.
Nous avons posé de nombreuses
questions et produit de nombreuses contributions disponibles sur le site de la Commission Particulière.




Panneau de l'association La Coulée Verte (Tarn) - septembre 2010