COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
Revue de presse : 14/01/09


La dépêche du midi (Tarn) - 14/01/09 :  

Titre : "
Désenclavement. Autoroute Castres-Toulouse : riverains et PCF s'opposent
"


  • Nos commentaires :     16 janvier 2009
Le titre de l'article est bien trompeur, et laisse à penser que :

- les riverains et le PCF n’ont pas le même discours sur l'autoroute Castres-Toulouse,
- que les opposants à l'idée d'une autoroute se réduisent aux seuls riverains
- qu'il est question de désenclavement
Or la lecture des communiqués qui constituent le corps de l’article montre bien le contraire sur ces 3 points. Les opposants à l’autoroute regroupent le milieu associatif local, les fédérations régionales et nationales, et de nombreuses collectivités territoriales qui ont par le passé (mai et décembre 2007) déjà saisie la CNDP sur ce dossier. Et d’ailleurs, le communiqué du collectif RN126 publié dans cet article, (mais diffusé par le collectif depuis plus de 2 semaines (le 29/12/08)) a été partiellement repris, la partie supprimée concernant ces fameuses saisines de 2007 ! Les 3 points de suspension dans l’article correspondent au passage suivant du communiqué du collectif RN126 :

Il y a 18 mois déjà, le collectif sollicitait en ce sens la Direction Régionale de l’Equipement Midi-Pyrénées, regrettant aussi que les saisines de la fédération nationale FNE(3) et des collectivités territoriales fussent classées irrecevables faute de publication du dossier par l’Etat(4).

Avec cette omission, la dépêche du midi oublie de rappeler que la CNDP a donc déjà été saisie plusieurs fois sur la LACT, par la fédération nationale FNE et plusieurs collectivités territoriales en mai 2007 et en décembre 2007.

Titre ambigu, omission volontaire ou simple oubli d’une partie du communiqué du collectif RN126 ? Chacun appréciera.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, seules les informations du collectif se révèlent exactes quand au déroulement et au contenu de l’affaire LACT, et que les élus qui se réjouissent faussement par voie de presse, s’attribuant presque la paternité de cette saisine alors qu’il la fustigeait il y a quelques mois, seraient bien inspirés de revoir leur copie avant le futur débat public ou serait enfin débattue l’opportunité de cette affaire.

Toutefois, même si nous sommes satisfaits de cette saisine, pourquoi l'avoir faite pendant les fêtes, juste avant la mise en application de la loi Grenelle ?
Interrogeons-nous sur la date choisie par l’Etat pour faire cette saisine alors que les lois Grenelle ne sont pas définitivement entérinées. L’Etat voudrait passer outre l’application des lois Grenelle sur la LACT, qu’il ne s’y prendrait pas autrement !

Si nos dirigeants manifestaient une vraie volonté de réduire les gaz à effet de serre liés au routier (voir la déclaration du Ministre Bussereau dans Le Figaro le 28/10/08), ce projet devrait faire l’objet d’une réévaluation afin de vérifier son adéquation aux nouveaux objectifs que s’est fixé le gouvernement. Il aurait donc été plus judicieux d’attendre l’issue des lois Grenelle et leurs applications pour décider en haut lieu de poursuivre, ou pas, le projet LACT.

Au final, les opposants réclament unanimement plus de cohérence dans le traitement de cette affaire pour que les intentions de principe ne restent pas lettre morte.