COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
Evènement du 28/02/11 : séance plénière du Conseil Régional - Avis sur le SNIT

Le 28 février 2011, se tenait la séance plénière du Conseil Régional Midi-Pyrénées lors de laquelle les élus étaient appelés à donner leur avis sur le nouveau Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT).
Trois grands projets concernant Midi-Pyrénées sont inscrits dans le document présenté par l'Etat : la ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV), la Traversée Centrale des Pyrénées (TCP) et le projet d’autoroute Castres - Toulouse.

C’était une occasion à ne pas manquer pour les opposants au projet autoroutier de se rassembler devant les portes du Conseil et de sensibiliser les élus sur ce que chacun considère comme un projet disproportionné ne répondant pas aux besoins réels et immédiats du territoire, à l’équité sociale, aux capacités de financement des collectivités et aux exigences environnementales.

La lettre au Pays de Cocagne n°1 a été distribuée aux élus, et l’on peut remercier le service de sécurité du Conseil régional pour son accueil très cordial et qui a autorisé le collectif RN126 à faire cette distribution aux élus avant leur entrée dans l’hémicycle.

Les médias étaient là dont France 3 et France Bleu Toulouse, et même si la question de la LGV a été plus médiatisée, les opposants au projet autoroutier sont cités : 
http://info.francetelevisions.fr/?id-video=toul_1371059_S_VOTE_LGV_CONS_00000JZ8_280220111822_F3
(Pour visionner la vidéo, attendre le lancement qui peut s'avérer un peu long)



 Pas de concession pour l’autoroute concédée

Certains d’entre nous sont restés pour suivre les débats. L’intégralité des débats est donnée ici.

Pour le président Malvy, une autoroute à péage est loin d’être la meilleure solution car il rappelle aux élus du Tarn qui défendent l’autoroute que « il est évident qu’avec le trafic supposé ou attendu, [l’autoroute] ne sera pas rentable pour l’organisme privé qui le prendra » et que par conséquent les collectivités devraient financer en partie ce projet privé (plus de la moitié selon nos estimations). Or le président Malvy rappelle que le Conseil régional a déjà bouclé ses budgets pour les 4 ans à venir sur les projets en cours, ne pourra pas faire plus et ne participera donc pas au financement de l’autoroute, et que la position du conseil Régional est « depuis longtemps » « pour une voie normale, classique, traditionnelle et gratuite ».

Extraits : Le gouvernement a décidé que ce serait une autoroute et je pense que c’est loin d’être la meilleure solution … On est aujourd’hui dans une situation difficile sur Castres-Toulouse, parce que nous avons engagé nos financements … 
… nous avons arrêté notre enveloppe jusqu’en 2014, 2015. Si, et je le dis aux élus du Tarn qui défendent aujourd’hui l’autoroute, pour lequel nous serions appelé à financer car cet autoroute, il est évident qu’avec le trafic supposé ou attendu, ne sera pas rentable pour l’organisme privé qui le prendra. Si, il y a trois ans, quand nous avons réparti nos 200 millions, il y avait eu à ce moment-là un itinéraire à 2x2 voies sur Castres - Toulouse, nous aurions avec cette enveloppe, eh bien on en aurait mis moins ailleurs pour prendre également mais aujourd’hui nous avons pris nos engagements. Je le dis, nous avons décidé 200 M€ et nous ne pourrons pas aller plus loin dans les quatre ans qui viennent … 
… Véritablement, quand nous avons dit et quand nous maintenons notre position pour une voie normale, classique, traditionnelle et gratuite, nous le disons depuis longtemps, nous continuons à le dire, je pense qu’il faut le savoir mais il faut aussi savoir que notre intervention financière ne pourra pas dans les quatre ans qui viennent, ne pourra pas se faire jour à partir du moment où nous avons décidé, au maximum de ce qu’on pouvait faire, de l’affectation de 200 M€ sur le réseau routier pendant les temps qui viennent. 

De toute évidence, la mise en service de l’autoroute en "2015", si elle a lieu, prendrait un sacré retard ! Que disions-nous lors du débat public ? Pas avant 2018, dans le meilleur des cas ! 
Solution rejetée par les collectivités, car plus onéreuse, de réalisation plus lente (puisqu'on aurait pu commencer l'aménagement progressif de la route existante, comme le dit le président Malvy, sur le programme 2009-2014), ne faut-il pas enfin envisager les études d'un aménagement de l'existant ? 

Rappel : l’avis donné par la Région n’est qu’un avis consultatif et le document pour lequel la consultation publique se poursuit jusqu’au 20 mars 2011, fera l’objet d’un débat au Parlement pour adoption, cet été. 

 Des positions divergentes notables

Le Front de Gauche et Europe Écologie – Les Verts ont, eux, défendu les solutions alternatives de l’aménagement de l’existant et le développement des transports collectifs publics. 

Voici ci-dessous les avis et amendements demandés par chacun de ces deux groupes politiques :

 Avis de Europe Ecologie – Les Verts

 Intervention de Guillaume Cros, porte-parole du groupe EE-LV

 Amendements du groupe EE-LV

 Intervention de Nicole Fréchou pour le Front de Gauche

• Amendement du groupe FG défendu par Mme Nicole Fréchou (intervention retranscrite par nos soins) :

J’ai déjà développé dans mon intervention générale tout à l’heure la possibilité d’étudier une alternative possible qui nous semble aujourd’hui existante sur le tracé à l’heure actuelle de l’itinéraire Toulouse – Castres. En effet, l’autoroute doit être clairement abandonnée, on l’a vu, non seulement pour les raisons financières mais aussi pour des raisons sociales et environnementales sachant que l’existant, à l’heure actuelle, le contournement de Verfeil, le contournement de Puylaurens et le contournement de Soual qui ont déjà été payés par les impôts des contribuables locaux, seraient intégrés dans le projet autoroutier, contrairement à ce qu’a dit M. Torrès tout à l’heure, ils seraient payés deux fois, une fois par les contribuables et une autre fois par l’usager et on se doute que ce sera aussi le même. Ca, c’est une honte sachant qu’en plus l’itinéraire Toulouse Castres coûtera 15 €, moi je la prends souvent cette route et j’estime que c’est du racket à ce niveau-là. 
Au sujet de l’alternative 2x2 voies, développer aussi l’idée que ça ne répond pas au problème environnemental, notamment la traversée de la vallée du Girou, avec la biodiversité à préserver et les zones agricoles. Ca ne répond pas non plus au problème du financement puisque certaines études alternatives ont montré que le coût des collectivités locales se monteraient à 200 M€ environ, on peut imaginer ce qu’on peut faire avec 200 M€ pour aménager l’existant sachant qu’il y a encore deux trois points noirs à réaliser, notamment le contournement de Cuq Toulza et l’entrée de Castres sur le point du carrefour de Saïx. Tout ça pour gagner dix minutes sur le trajet. Nous pensons que dans le cadre des contraintes budgétaires qui nous sont annoncées, nous devons faire d’autres choix beaucoup plus raisonnables et essayer de faire en sorte que l’itinéraire Toulouse – Castres soit non seulement sécurisé, modernisé mais aussi respecte les exigences environnementales, c’est pour cela que nous vous proposons l’amendement suivant en remplaçant la phrase qui appelle au soutien de la 2x2 voies par la suivante :


Il s’agit de moderniser et d’améliorer la sécurité du tracé existant de l’itinéraire Toulouse –Castres dans le respect des exigences environnementales. Le projet autoroutier doit être définitivement écarté et la modernisation ne doit pas générer de péage pour les usagers. 

Vote : Contre 65 - Pour 22 

On le voit dans ce vote, il y a encore nécessité de convaincre de l’infondé du principe de 2x2 voies dans la vallée du Girou malgré les arguments communs au Front de Gauche et à Europe Ecologie – Les Verts et qui rejoignent en tous points l’analyse du collectif RN126.

Mais une chose est sûre, pas de financement de la Région pour le projet concédé !