COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
Evénement du 20/06/09 : distribution de tracts Castres et Lavaur

  • 20/06/2009 : distributions de tracts faites sur les marchés de Castres et Lavaur


A Lavaur, même si les gens sont au courant du projet autoroutier, beaucoup pensent que ce projet est en suspens, voire abandonné. Les habitants de Lavaur montrent moins d’intérêt que ceux qui résident dans les villages concernés directement par le projet.
Nombreux sont ceux qui sont mal informés. Certaines personnes pourraient changer d'avis : certaines favorables à l'autoroute changent d'opinion quand elles apprennent que l'autoroute s’ajouterait à la RN126. Notre information permet de rappeler les évènements à venir, le débat et ses réunions publiques, ce qui génère plus de réceptivité chez les personnes accostées.

Opinions prises sur le vif :
  • Un agriculteur favorable à la LACT considère ce projet comme utile pour les débouchés agricoles mais admet qu'un bon aménagement de la RN126 pourrait être acceptable.
  • Un autre pense que la LACT peut amener des entreprises d'autres pays de l'Europe.
  • Une femme fait part des déséquilibres constatés dans le secteur de St Sulpice à cause de l'autoroute.
  • Le problème du contournement de Lavaur est posé, les camions sont obligés de traverser Lavaur et sa traversée devient difficile à certaines heures de la journée.


A Castres, la population n’ignore pas le projet et beaucoup le considère important pour le développement économique et le désenclavement du Sud Castrais et plus particulièrement pour Castres. Pourtant certains parlent de désenclavement sans en comprendre le sens, le discours ambiant étant passé par là !
De ces contacts pris avec la population, trois catégories de personnes se distinguent par leurs avis différents : les personnes âgées sont plus imprégnées par les propos des médias et hommes politiques et semblent favorables à l'autoroute sans chercher à comprendre et savoir quels seraient les avantages et les inconvénients. L’autoroute reste pour eux un standard de la modernité. Les plus jeunes manifestent plus d’attention et d’ouverture avec la possibilité de discussion et d'échanges. Ils sont plus sensibles aussi aux problèmes climatiques.
Les plus farouches sont les rares aficionados de l’autoroute dont le mépris contraste avec le peu d’arguments dont ils disposent !

Opinions prises sur le vif :
  • Un retraité de Castres, contre le projet, se souvient du temps où les productions des industries de textile et de délainage convergeaient vers la gare de Castres pour être ensuite acheminées par rail aux quatre coins de l’hexagone puis ailleurs. « Il n’y avait pas besoin d’autoroute, à l’époque pour que ça tourne ! ».
  • Un jeune homme de l’Ardèche qui vient de s’installer à Castres pour travailler dans la filière bois, s’étonne que cette filière soit si mal exploitée alors que tant d’opportunités sont possibles avec cette ressource dite renouvelable.
  • Une jeune femme qui travaille comme agent hospitalier, conclut que cette autoroute ne serait pas pour elle, trop chère. Encore moins pour aller travailler à Toulouse : « avec mon salaire… » !

Merci à Bernadette, Dominique, Isabelle, Marie-Françoise, la fille de Christian, Claude, Francis, Henry, Ian, Jean, Jean-Louis, Jérôme, Robert pour leur participation.