COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
12 CONSTATS sur LA LIAISON AUTOROUTIERE CASTRES - TOULOUSE

  avril 2008

12 CONSTATS
sur
LA LIAISON AUTOROUTIERE
CASTRES
-
TOULOUSE
 

Demain, la LACT et la vallée du Girou ...

dessin de Lucien Azam - 1974                   



Télécharger
le dossier COMPLET des constats :   Dossier complet constats  (1,3 M)


1. LA LACT, ENTRE DESINFORMATION ET CONTRE-VERITES
Sans compter les nombreux articles de presse et interventions de radios locales, orientés et favorables au projet LACT, certains élus tentent aussi d’influencer le public en désinformant ou déformant sur les décisions ou annonces faites par l’Etat ou les instances comme la CNDP*. Une position surprenante de la part de nos élus !

2. LA LACT, CE N’EST PAS LA DECISION MINISTERIELLE DE 1994
La LACT, ce n’est pas la décision ministérielle de 1994 sur l’aménagement sur place (élargissement de la route) de l’axe Castres - Toulouse par Verfeil (RN126 – D42 – D20).

3. LA LACT NE SUIT PAS UN PROCESSUS NORMAL
Comme le prévoit la loi (saisine de la CNDP*), traiter la question de l’opportunité de ce nouveau projet, en présentant une étude comparative avec les autres solutions d’aménagement possibles, est incontournable pour retenir la solution la mieux adaptée à l'intérêt général.
La participation du public dans un débat sur l'opportunité de ce projet, décidé et organisé par une instance indépendante, est le gage du respect de la démocratie participative.

4. LA LACT, CE N’EST PAS 300 M€ ET 37 KM
Les coûts et le kilométrage réels de l’ouvrage (autoroute entre Castres et A68) sont en réalité de 67 km et 519 M€, et non pas de 37 km et 289 M€ comme annoncé abusivement par la DRE (Direction Régionale de l’Equipement).

5. LA LACT, CE N’EST QUE 40 % DE FINANCEMENT PRIVE
La LACT serait financée à 60 % par le contribuable sans l'utiliser, et pour pouvoir l’emprunter il lui faudrait aussi s’acquitter du péage.

6. LA LACT NE PERMETTRAIT PAS UN GAIN DE TEMPS
Entre Soual et Verfeil (tronçon étudié par la DRE), l’autoroute ne ferait gagner que 6 mn par rapport au trajet actuel (vitesse moyenne sur RN126 à 85 km/h et 120 km/h sur autoroute), en tenant compte des 2 arrêts de 1mn aux péages. Par contre, pour l’usager restant sur la RN126 et devant retraverser Soual, et Puylaurens, la perte de temps serait certains jours de plus de 20mn.

7. LA LACT NE SERAIT PAS UN GAGE DE MEILLEURE SECURITE
Faire l’autoroute, c’est maintenir l’insécurité sur les routes départementales. Seule l’amélioration de la sécurité sur la RN126, la RD42 et RD20 diminuera le nombre de tués sur l’axe Castres - Toulouse.

8. LA LACT N’AMELIORERAIT PAS LE CADRE DE VIE DES VILLAGES
Le trafic local qui emprunte aujourd’hui les déviations gratuites, ne pourrait plus le faire en 201? (2016 ? 2018 ?) avec l’autoroute. Il repasserait par le centre des villages qui perdraient ainsi la qualité de vie qu’ils avaient retrouvée grâce à ces déviations (Soual, Puylaurens, Verfeil). L’autoroute est aussi synonyme d’urbanisation effrénée, transformant en cité dortoir les villages le long du trajet.

9. LA LACT NE RELIERAIT PAS CASTRES AUX POLES TOULOUSAINS
L’autoroute Castres - Toulouse ne donnerait pas un meilleur accès aux centres techniques à emplois hautement qualifiés en particulier le Cancéropôle, car ils se trouvent situés à l’Ouest et au Sud-Ouest de la ville. L’autoroute amènerait l’automobiliste au Nord-Est de Toulouse sur une rocade déjà saturée.

10. LA LACT NE SERAIT PAS UN FACTEUR DE CROISSANCE ASSUREE
Les experts sont formels. L’autoroute ne garantit pas la croissance économique !
Ils se sont exprimés lors du débat public sur le CGAT et ont rappelé que :
« L’autoroute joue le plus souvent un rôle d’accélérateur de tendances en produisant des effets structurants ou déstructurants ; elle est un outil et non un projet »

11. LA LACT NE PERMETTRAIT PAS L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
L’autoroute ne permettrait pas de relier les différents pôles économiques de la région (Lavaur/St Sulpice, Bassin Castres - Mazamet, d’ouvrir vers la méditerranée, …) et reste une solution surdimensionnée au regard du faible trafic entre Castres et Toulouse (moins de 4400 v/j sur plus de 15 km entre Soual et Verfeil).

12. LA LACT SERAIT UN FACTEUR MAJEUR D’ETALEMENT URBAIN
La LACT serait un facteur d’étalement urbain majeur dans toute la vallée du Girou entre Verfeil et Puylaurens. Elle serait contraire à un développement durable qui impose de maîtriser l’urbanisation pour ne pas artificialiser les surfaces et préserver les espaces agricoles.