COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
Réactions au débat public

 

   26 mars 2010 : LE RAPPORT DU DEBAT PUBLIC est DISPONIBLE


Dans l'analyse des interventions sur le projet autoroutier, nous vous recommandons le site ...    Castres Autreroute



8 avril 2010
Communiqué du Collectif RN126

Le débat public réhabilite enfin les alternatives à une 2x2 voies

Le débat public sur la liaison autoroutière Castres – Toulouse vient de s'achever avec la publication du rapport par la Commission Nationale du Débat Public. Le moins que l'on puisse dire est que ce débat était indispensable, et a permis enfin de réhabiliter les solutions alternatives à une 2x2 voies, concédée ou non, solutions que l’Etat se refuse obstinément d’étudier alors que la loi l’y oblige, mais que la CNDP recommande désormais de ne plus ignorer.

Le rapport montre bien que sur la question de l’opportunité, l'Etat en rejetant par 2 fois les demandes de la Commission sur l’étude de l’aménagement de la RN126 1, et excluant de fait toute comparaison objective de cette solution à celle d’une 2x2 voies, a conduit la Commission à s’interroger sur l’arbitraire de l’Etat que serait« une décision tranchant exclusivement la question « oui ou non à la mise en concession ? » ».

Enfin, l’important travail de fond et les études techniques du collectif RN126 sur les insuffisances et incohérences du dossier, ont été reconnus par la Commission comme « une véritable expertise citoyenne ». Ce travail et cette reconnaissance sont loin, très loin, du discours nimby 2 et farfelu que les tenants de l’autoroute ont voulu attribuer au milieu associatif. Ce qui montre, s’il en était, que le choix éclairé d’une nouvelle infrastructure par l’Etat ou les collectivités doit compter désormais avec la participation du milieu associatif et du public, et non pas se faire sur de simples considérations politiques. C’est pourquoi, nous poursuivons notre travail pour le développement d’une mobilité durable et d'intérêt collectif au cœur des modes de transport.

      Pour le désenclavement du sud Tarn, les besoins de mobilité, la préservation de l’environnement et de l'identité rurale des territoires entre Castres et Toulouse, les collectivités devront s'intéresser à d'autres propositions d'aménagement qui ne passent ni par une autoroute ni par une 2x2 voies, mais par un bouquet de solutions adaptées. Des solutions, dans l’aménagement de la route et les transports en commun, nous en avons, concrètes et sérieuses.


1    Une première fois lors de l’élaboration du dossier du débat par la DREAL, une seconde fois avec la demande d’études complémentaires du collectif RN126 

2    Not In My Background Yard – pas dans mon jardin

 

 



Communiqué des élus Verts au Grand Toulouse



Autoroute Toulouse-Castres : l’Etat rendra bientôt son avis

Des actes (enfin) en conformité avec les discours ?


Projet de liaison autoroutière Toulouse-Castres : communiqué d’Antoine Maurice, Président du groupe des élus Verts au Grand Toulouse, diffusé le 30 mars 2010.



Le projet de liaison autoroutière Toulouse-Castres a donné lieu a un débat public entre octobre et janvier dernier, et la CPDP (Commission particulière du débat public) instituée pour l’organiser vient de publier le compte-rendu des échanges.

Je me félicite de la fidélité avec laquelle ce document relate les débats. Il atteste particulièrement de la force des arguments développés par les partisans d’une alternative à l’autoroute, en relevant « l’expertise citoyenne » développée par les partisans d’une alternative au projet routier.

Malheureusement, l’Etat est jusqu’ici resté sourd à leurs demandes d’études complémentaires. Ce que le compte-rendu relève avec la même fidélité : « Le maître d’ouvrage aura donc à prendre une décision (…) au vu des multiples arguments divergents traduits par des demandes d’études complémentaires et d’expertises. » Alors que partout en Europe l’heure est à la remise en cause du tout routier, il faudra pourtant bien que le maître d’ouvrage examine les alternatives au projet actuel avant de prendre sa décision ! Car en l’état, la liaison routière envisagée serait une mauvaise solution à de vrais problèmes :

Elle ne remédierait pas aux difficultés économiques du Sud-Tarn. Depuis plusieurs années, les experts montrent qu’une autoroute ne crée pas d’emplois mais les déplace : des zones périphériques vers les échangeurs, des zones à faible dynamisme vers les pôles d’activité. En revanche, elle augmente la population, sans offrir aux collectivités les moyens de répondre aux nouveaux besoins d’équipements collectifs. D’ailleurs, le gain espéré de 1400 emplois grâce à l’autoroute, pour un gain de 15.000 habitants en 2025 est très relatif en termes de développement économique. Quant à l’attractivité commerciale, elle va toujours dans le sens de la « province » vers la métropole ; l’inverse n’est jamais vrai. Une autoroute viendrait accentuer le taux d’évasion commerciale dont souffre déjà la zone de Castres-Mazamet.

Elle ne ferait que renforcer notre dépendance aux ressources fossiles, en sacrifiant l’équité sociale pour une efficacité discutable. Alors que ces ressources sont appelées à fortement diminuer, le prix du carburant est de plus en plus fluctuant et imprévisible. Au coût de l’essence viendrait s’ajouter celui du péage. Pour un gain de temps dérisoire (estimé à 10 minutes), les usagers de l’autoroute s’acquitteraient d’un péage prohibitif à 14,50 euros l’aller-retour.

Face à ces incertitudes, la mise en place d’une navette ferroviaire Castres-Toulouse à cadencement rapide serait bien plus efficace. Et elle s’inscrirait en cohérence avec le PDU ambitieux dont s’est doté l’agglomération toulousaine. Il vise en effet la mise en oeuvre d’un réseau de transports collectifs, multimodaux, accessibles à tous, et en connexion avec les territoires limitrophes. Comment envisager un projet d’autoroute qui viendra faire concurrence aux efforts de la métropole pour favoriser l’usage des transports collectifs ?

A des fins purement politiciennes, le Président de la République vient d’organiser un enterrement de première classe pour la taxe carbone. Lorsqu’il rendra son avis en juin prochain, l’Etat serait plus inspiré de mettre enfin ses actes en conformité avec ses discours écolos, en renonçant à un projet d’un autre âge conçu pour des citoyens de seconde zone.

lien vers le site du communiqué




Réunion de clôture du débat public le 28/01/10

Intervention du collectif RN126
" Mesdames, Messieurs, ce débat était indispensable, mais aussi frustrant. Ce débat était indispensable parce que c’est la loi, et que la tentative de passage en catimini de cette affaire en 2007 était inacceptable, et n'avait pour but que de cacher toutes les incohérences de ce projet autoroutier.

Ce débat était frustrant, parce que les services de l'Etat que vous représentez M. Crocherie, ont volontairement réduit le débat au mode de financement d'une 2x2 voies. Je vous entends me dire, « Oui mais c'est la décision ministérielle de 1994, les instructions qui viennent d'en haut, etc. ». Et alors ! Cela vous empêchait-il M. Crocherie d’élargir votre dossier à d'autres scénario, l’aménagement de la route par exemple, comme vous l'avez fait avec votre scénario volontariste sur le rail ?
Avec un peu d'imagination et de volonté, c’était possible, et vous auriez gagné du temps, plutôt que de chercher à dissimuler dans un dossier non sincère tous les éléments à charge de l'autoroute. Sur ce sujet, j'invite chacun, et particulièrement les élus, à consulter les analyses du collectif RN126, et je ne doute pas que la DREAL les transmettra à son ministère de Tutelle pour l'éclairer dans sa décision, comme le lui a demandé la CNDP dernièrement. Vous avez refusé la comparaison de ce projet à un aménagement raisonné de la RN126. Quel était le problème ? Que le projet ne sorte pas « vainqueur de cette comparaison » ? Si l’autoroute était vraiment la meilleure des solutions, vous n'aviez rien à craindre de cette comparaison, et le débat était clos.

Maintenant je souhaiterais m'adresser aux élus et aux collectivités territoriales. Il va vous falloir dorénavant être très vigilants sur cette affaire et vous retrousser les manches, parce que le temps des grands discours pour ce débat est terminé.
Il vous faudra être très vigilants, parce que si l'autoroute est décidée, les collectivités territoriales devront assurer l'équilibre financier de l'autoroute à péage, avec une subvention d'équilibre au minimum à 180 M€, et le risque peut être d'avoir une clause de déchéance au contrat du concessionnaire. Je vous invite à lire notre dernière étude à ce sujet.
Il vous faudra vous retrousser les manches, car si l'autoroute est abandonnée, tout restera à faire. Le plan B, vous y avez réfléchi ? Les services de l'Etat se sont-ils penchés sur le sujet ? Sincèrement, j'en doute.

Pour ce qui nous concerne, nous avons des propositions très sérieuses à faire pour l'aménagement de l'axe Castres Toulouse, c'est pourquoi je vous donne rendez vous demain pour que nous réfléchissions ensemble à ces solutions.
Et une chose est sûre, si le bon sens et l'intérêt collectif ne l'emportent pas, des recours sont à prévoir, comme ont pu le faire des associations auparavant.

Je vous remercie pour votre attention. "