COLLECTIF RN126

COLLECTIF RN126
Argumentaire pour la rédaction des avis

Si vous pensez qu'une autoroute ne répond plus au modèle de développement à mettre désormais en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique (Grenelle , COP 21), si vous pensez que les finances publiques seraient plus utiles ailleurs que pour subventionner les grandes entreprises du BTP (Vinci, Eiffage, etc.), si vous pensez que les modes de démocratie participative (débat public, concertation, enquête publique) sont trop souvent bafoués alors PARTICIPEZ à l'enquête publique ici , jusqu'au 23 janvier.

Votre avis défavorable au projet doit être argumenté.
Vous trouverez des arguments dans le tract du PACT ici mais aussi ci-dessous.

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE SOUTIEN ACTIF
PENSEZ A SOLLICITER VOS AMIS ET ACTIVER VOS RESEAUX.

UN DES ARGUMENTS ESSENTIELS est de rappeler la recommandation de l’Autorité environnementale « L'Ae recommande de prendre en compte la loi relative à la transition énergétique et à la croissance verte et d'approfondir la comparaison de la variante retenue avec la variante dite « ASP » conduisant à un aménagement sur place de la RN 126 en fournissant explicitement une description et un chiffrage de cette alternative pour la comparer avec la solution retenue. » - ASP : Aménagement Sur Place

Pour consulter l’avis de l’Ae, allez ici.

Cette étude ne figure pas dans le dossier de l’Enquête publique, une demande déjà formulée lors du débat public par les opposants au projet autoroutier et favorables à l’aménagement raisonné et sécurisé de la RN126.

Autre argument : LE CARACTERE DISPROPORTIONNE DU PROJET ET SON COUT. Pour cela nous vous renvoyons vers l’avis du Commissariat Général à l’Investissement (CGI), ici. (Nous vous invitons à lire la conclusion de l’avis du CGI).

Coût total du projet : 457M€ + 64M€ (déviations existantes confisquées) = 521M€ HT 2015 dont 457M€ restent à financer :
1. 68M€ par ASF,
2. 169M€ par le futur concessionnaire,
3. subvention d’équilibre :
90M€ par l'Etat (= 50% du plafond décidé à 180 M€). L'estimation du montant de la subvention d'équilibre, calculé par la DREAL (220M€), dépasse largement le montant fixé par décision ministérielle : 180M€.
130M€ par les collectivités (départements et Conseil régional Occitanie)
= 220M€ en fonds publics

Total des fonds publics investis = 284 M€

Soit 115 M€ de plus que le futur concessionnaire = 2/3 de sa mise en plus !

Comparaison des coûts et du financement entre l’aménagement sur place de la RN126 (ASP) et l’autoroute, réalisé par le collectif RN126 : ici

Trafic jugé très insuffisant par le CGI : « Il convient également de souligner que la capacité de l'infrastructure proposée reste très largement au-dessus des besoins estimés à moyen et long terme, y compris sur la partie la plus chargée de l'itinéraire entre Soual-Est et St-Palais à l'entrée de Castres : les trafics attendus ne dépassent guère les 15 000 véh./jour quand une autoroute à 2x2 voies peut supporter plus de 40 000 véh./j en condition normale de circulation. ».

UN PEAGE ELEVE qui rendra cette infrastructure non rentable, extrait de l’avis du CGI : « Au total, en ligne avec les recommandations du rapport de contre-expertise, le CGI considère que la nécessité d'une amélioration de la liaison Toulouse Castres est établie depuis longtemps. Mais la réponse à ce besoin par une autoroute à 2X2 voies reposant sur une concession avec un péage élevé (près de 15 € pour un aller-retour en voiture) expose fortement au risque d'un trafic moindre qu’espéré ».

CE MONTANT EST INEQUITABLE socialement (petits salaires) et territorialement (A68 - Albi gratuite dans le Tarn)

UN GAIN DE TEMPS EXAGERE
  • le CGI : « Concernant les différences de temps de parcours, qui sont au cœur des bénéfices attendus du projet, la maîtrise d'ouvrage n'a pas pu apporter d'éléments convaincants sur le niveau élevé du temps de parcours sur l'itinéraire actuel en option de référence, qui repose soit sur des hypothèses très optimistes sur les vitesses de circulation en intra-urbain, soit sur une dégradation très marquée (moins de 20 km/h de moyenne) des conditions de circulation à l'entrée de Castres à l'horizon 2024. Les gains de temps escomptés grâce au projet paraissent donc surestimés. »
  • l’Ae : « Le gain de temps est évalué à 35 minutes entre les deux extrémités de l’infrastructure. Le temps de parcours routier entre les gares de Toulouse et Castres est estimé à 1 h 18 pour 76 km dans la notice explicative du projet (pièce C). Il faudrait donc désormais 43 min pour parcourir les 77 km entre Castres et Toulouse soit une moyenne de 107 km/h. Compte-tenu de la congestion au niveau de Toulouse, ce gain de temps de parcours parait a priori erroné au moins aux heures de pointe … L’Ae observe que l’analyse socio-économique (pièce G) repose sur des hypothèses de temps de parcours plus optimistes pour l’autoroute (1h10, ce qui réduirait à 35 minutes la liaison Castres-Toulouse soit une vitesse moyenne supérieure à 130 km/h). L’Ae recommande de réviser les paramètres du calcul économique en tenant compte d’un temps de parcours cohérent avec les autres parties du dossier et réaliste, y compris aux heures de pointe »
Ces paramètres sont indispensables pour juger de la rentabilité ou non du projet. Avec un péage élevé, un temps de parcours allongé et un trafic insuffisant, il y a fort à parier que cette infrastructure ne sera pas rentable. In fine, ce seront les collectivités qui devront recouvrir les déficits induits (30 millions par an depuis 3 ans pour PAU-LANGON).

LA PERTE DE FONCIER AGRICOLE ET LA QUALITE DE VIE DES VILLAGES, notamment de Puylaurens et Soual par lesquels repasseront les usagers de l’axe de substitution en raison de la rétrocession des déviations, devenues payantes.

QUANT AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE AU BASSIN CASTRES MAZAMET, vous pouvez rappeler qu’un tel ouvrage provoque une ‘aspiration’ de l’emploi vers les pôles les plus attractifs, en l’occurrence la métropole toulousaine. Que dans le Nord de la France, malgré un réseau autoroutier développé, cette région souffre depuis très longtemps d’un taux de chômage élevé.

Vous pouvez recopier intégralement les citations des avis de l’Ae et du CGI. Ces éléments font partie du dossier d’enquête et prouvent que vous l’avez étudié.

Votre avis peut être plus concis et ne reprendre que quelques arguments cités ci-dessus, ou un seul, formulé à votre façon, avec vos mots.

L’essentiel est de donner un avis argumenté défavorable au projet qui n’est d’aucune utilité publique et de réclamer que l’État engage une étude sur l’aménagement de la RN126,
un aménagement d’intérêt général, qui profiterait à tous et améliorerait la sécurité de l’axe.

Enfin, tout citoyen sur le sol français peut participer à cette enquête publique, n'hésitez-pas à inviter votre famille, vos amis, vos réseaux à déposer un avis défavorable à ce projet avant le 23 janvier 2017.


Comparatif sur les coûts
 

 

Comparatif général